Dans un communiqué du 17 juillet, la Fédération nationale du cheval (FNC) se félicite de cette décision. « Les enjeux sanitaires sont avant tout collectifs et le suivi sanitaire des lieux de détention par un vétérinaire habilité, désigné par l’exploitant agricole, est incontournable pour avoir des équidés en bonne santé mais aussi pour limiter la contamination à la fois au sein du lieu de détention et entre lieux de détention », explique-t-elle.
La FNC réclame également que cette visite soit étendue aux questions de bien-être animal, « à l’heure du déploiement de la Charte Nationale pour le Bien Être Équin ».