b87d3adf4ff4fd63d938a940c30a5aab

Thierry Sodoir. Crédit DR

A maintenant un mois du lancement de la campagne « La TVA s’emballe le Cheval va mal » qui a eu lieu le 27 février 2017 au Salon de l’Agriculture par la conférence de presse des Présidents institutionnels de la filière cheval coordonnée par le GESCA (Groupe des Entreprises du Secteur Cheval en Agriculture), où en est le dossier ? Le Président Thierry Sodoir répond à trois questions…

La pétition « lechevalvamal » a déjà obtenu 14500 signatures à ce jour et plus de 6000 témoignages qui nous sont d’une grande utilité auprès des élus politiques, et renforcent nos argumentaires. Chaque semaine, des informations sont envoyées à l’Assemblée-Nationale, au Sénat et aux Députés Européens pour maintenir l’intérêt sur les  difficultés des acteurs de la filière. Le travail entrepris pour le dossier TVA est un travail sur le temps car nous avons un agenda à tenir non seulement national mais aussi européen.

Le mouvement des jeunes professionnels de la filière Cheval compromet-il le travail du GESCA sur la TVA ?

Non, le mouvement spontané de ces jeunes professionnels de la filière Cheval  confirme ce que nos élus répètent depuis pas mal de temps aux différents Ministères de tutelle, que la filière va mal, ils ne sont pas entendus. La manifestation apporte  la visibilité qui nous a  manqué, mais pour apporter du poids à la revendication de l’urgence du retour aux taux réduit de la TVA pour les activités de la filière équine en crise, cette manifestation doit être une réussite par sa mobilisation.

Pourquoi le dossier TVA est-il devenu si important en 2017 ?

Lorsqu’en 2013 nos secteurs ont été touchés par cette augmentation de 7 % à 20 %, les acteurs se sont dit « moi je suis assujetti, cela ira pour moi ». 4 ans plus tard, ces mêmes acteurs  vivent au quotidien  les dommages collatéraux de la hausse irresponsable de la TVA pour ce secteur. La TVA a des ramifications dans  l’emploi, bien-être animal, formation, installation, commerce, la liste est trop longue à énumérer, la TVA est au cœur de beaucoup de sujets que le GESCA traite.

Qu’est-ce que nous pouvons faire pour la campagne « La TVA s’emballe le cheval va mal » ?

Oh ! Ce n’est pas une action difficile, il suffit de signer et faire signer  la pétition sur le site « lechevalvamal »  pour atteindre l’objectif des 20 000 signatures à dépasser et de relier les messages par des tweets et facebook : https://www.facebook.com/Le-cheval-va-mal-439180476423855/.

Pour finir sur une note d’espoir, signalons que beaucoup d’élus politiques (Sénateurs et de Députés) ont déjà signé la pétition.